Roadtrip en Gaspésie : Le parc Forillon

Après 3h de route depuis le parc national de la Gaspésie, nous sommes donc arrivés de nuit au Parc national Forillon. Nous avions réservé un emplacement de camping dans le secteur du Cap Bon-Ami pour 2 nuits et il fallait que l’on se présente à la guérite à l’entrée du parc pour s’enregistrer.

Tout se passait pour le mieux jusqu’à ce que l’agent me dise avec une grande insistance qu’il ne fallait SURTOUT PAS laisser de nourriture ni de dentifrice en dehors de la voiture.

« Euh… à cause des ours? » lui demandais-je.

« Oui, à cause des ours, surtout dans le secteur du Cap-Bon-Ami, il faut faire VRAIMENT TRÈS ATTENTION ».

Je suis donc remontée fissa dans la voiture pour que l’on se dirige vers notre emplacement, dans la nuit noire.

Après quelques minutes de route, on s’est retrouvés face à un panneau SÉCURITÉ – NE PAS S’APPROCHER DES OURS situé à … quelques mètres de notre emplacement. Ha ha.

Autant vous dire que la nuit noire + les avertissements + le souvenir de notre rencontre surprise dans le Vermont m’ont complètement vrillé le cerveau. Impossible pour moi de dormir dans la tente, j’ai donc piqué une crise pour qu’on passe la nuit dans la voiture. Et même pas j’ai honte. Après tout, c’était pour ça qu’on avait pris un gros 4×4 hein.

Le truc bleu à gauche, c’est notre tente.

Alors, on est pas bien installés là ?

On s’est donc réveillés EN VIE le lendemain, sous une petite pluie fine qui s’est, comme toujours, arrêtée au moment où on a chaussé nos godasses pour partir en expédition.

Nous avions vraiment hâte de découvrir ce parc, un des plus beaux selon les dires de tous.

On a commencé par le Cap Bon-Ami, situé à quelques mètres de notre camping, offrant un magnifique point de vue sur les falaises où viennent se nicher de nombreux oiseaux marins comme des cormorans, et parfois quelques pingouins.

à droite : un aigle ?

De là, nous avons pris le sentier permettant de rejoindre la Tour du Mont Saint-Alban, après une ascension d’une bonne heure, assez raide (on avait quelques courbatures suite à nos exploits de la veille).

Cette grande tour en bois située au sommet du mont permet d’avoir une vue à 360° sur la péninsule de Forillon, et notamment le Cap Gaspé, aussi appelé très simplement le « Bout du monde ».

Le point de vue est saisissant, et bien évidemment, il est impossible de rendre en photo la beauté et l’immensité du panorama.

Après une pause déjeuner au centre récréatif près de Petit-Gaspé (où l’on trouve une piscine et un snack), nous avons stationné notre voiture à l’Anse aux Amérindiens, point de départ des deux sentiers de rando des Graves permettant de rejoindre le Bout du monde : un sentier large que l’on peut parcourir à vélo (6,4 km aller-retour), et un sentier plus étroit et sauvage, le long de la falaise (8 km aller-retour).

Le Cap-Gaspé, qui ressemble vraiment à une carte postale, avec son joli phare rouge et blanc, marque la fin du Sentier international des Appalaches, long de 1079 kilomètres au Canada et de plus de 3 100 km aux USA.

Copain.

Un dernier sentier pentu permet de rejoindre le Bout du Monde en contrebas, où l’on peut observer des phoques jouer dans les vagues.

Comme nous avions emprunté le chemin le plus court à l’aller, nous avons opté pour le plus long sur une partie du retour. Mais je vous avoue qu’on a marché assez vite parce qu’on s’est retrouvés tout seuls entourés de hautes herbes où l’on voyait des traces de passages de grosses bêbêtes (aka encore des ours, ha ha ha).

Cette superbe journée a amplement confirmé les avis que l’on avait vu sur ce parc, c’est tout simplement sublime.

Nous avons regagné notre campement avec notre petit tas de bois acheté à l’accueil pour faire un feu. Sauf que contrairement aux autres parcs, on ne nous a pas donné de petit bois et de papier journal, seulement des grosses bûches.

N’est pas Bear Grills qui veut, on a donc mis 1h à allumer notre feu avec du PQ, des guides papier du parc et les quelques brindilles humides qui se trouvaient sur notre emplacement, le tout dans un foyer qui ne laissait pas passer beaucoup d’air, donc obligés de ventiler avec une assiette (tu visualises un peu la tristesse de la scène ?).

Puis finalement, comme on n’aura pas croisé un seul ours de toute la journée, j’ai pris mon courage à deux mains et et je me suis effondrée sur mon matelas… dans la tente.

La nuit fut calme et froide, et au petit matin, nous avons replié notre tente et avons repris la route pour l’avant-dernière étape de notre roadtrip : direction Percé !

 


Infos pratiques

Camping Cap de Bon-Ami : 51$ pour 2 nuits + 11$ de frais de réservation (emplacement sans services). Stationnement au site pour 1 véhicule. Foyer et table à pique-nique sur le site, espace commun avec évier, vaisselle, condiments, jeux, et réchaud.

Parc national de Forillon (Réseau Parcs Canada) : gratuit en 2017 pour les 150 ans du Canada, puis 7,80$ par adulte ou 15,70$ pour une famille ou un groupe, à partir de 2018.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *