8 commentaires

  1. Cloé B

    Super article ! Merci Claire et Julien, ça me servira 🙂
    J’avais déjà en effet coché certaines de ces cases mais ça fait du bien de relire et ça sera relu à nouveau lorsque j’aurais enfin ce fichu visa … (#patiencepatience…)
    J’espère pouvoir venir avant votre départ quand même .
    Bises

  2. Hello les amoureux !

    Très intéressant comme article c’est toujours formateur de lire et apprendre le parcours des autres. Car aucun se ressemble haha ! Tu as eu une chance incroyable avec cette histoire de locataire, faut savoir en profiter. J’ai comme toi un profil polyvalent et j’ai touché un peu à tout avec comme seul fil conducteur le luxe… Je compte changer complètement de carrière ! Le parcours de Julien est aussi bon à relever pour tout ceux qui croient que c’est « simple » contente qu’il ait trouvé une stabilité.

    La recherche d’emploi m’angoisse un peu, c’est vraiment le pire fardeau que j’avais en france et j’ai eu de la chance d’avoir longs contrats et des CDI mais je déteste ce passage. J’ai la chance d’avoir déjà travaillé à Montréal et connaitre un peu de monde mais je veux y arriver seule avant d’enclencher la case « help le réseau » …

    Let’s see 🙂

    • Hey ! Mieux vaut ne pas trop angoisser je crois… Parce qu’au mieux, tu trouveras quelque chose qui te correspond, et au pire, tu trouveras un petit boulot qui t’offriras peut-être d’autres perspectives. Quoi qu’il arrive, il faut voir le côté positif de l’expérience !
      Bon courage pour tes recherches !

    • Pas loin de 350 000 euros. ^^
      Non en vrai je ne sais plus, on avait un peu d’économies de côté + la vente de notre voiture et de nos meubles. Le mieux est de partir avec de quoi tenir pendant 6 mois (loyer + bouffe + frais fixes divers) sans salaire – sachant que tu trouveras forcément une job avant de cramer toutes tes économies, même si c’est une job alimentaire… Mais il vaut mieux être prévoyant !

  3. Leblanc Emilie

    Bonjour Claire et Julien,

    Je découvre votre blog aujourd’hui. Il est vraiment très chouette et plein de sincérité.
    Personnellement je me suis torturée l’esprit (mais vraiment vraiment) en me demandant si j’allais rester à Montréal (ou une autre ville) et faire comme vous: s’installer dans cette ville. Ou si j’allais profiter de mon PVT et visiter plusieurs provinces.
    Je commençais même à douter de la possibilité à trouver des petits jobs (certains PVTistes sont déprimants =D). Pourtant j’ai l’impression, en lisant d’autres commentaires, qu’il y a toujours moyen de trouver un petit truc. Mais peut-être que je me trompe ?
    Je pense que je vais directement chercher un job alimentaire et ensuite un emploi plus en phase. J’ai aussi envie de développer mes connaissances en « culture » alors le wwoofing sera à la fois riche en expérience et puis une occasion aussi de me poser en cas de passage à vide.
    Malheureusement avec ce genre de projet, je dois laisser mon chat en Belgique (oui et moi mon pvt n’est que d’un an… voilà pourquoi aussi je donne tellement de flexibilité)
    J’espère que tout va bien pour vous et que la RP est en route 😉

    • Salut Emilie ! Merci beaucoup pour ce commentaire 🙂

      Alors pour te répondre et t’aider à prendre une décision, je pense qu’il faut vraiment que tu te demandes quels sont tes objectifs de PVT : voyager ? vivre plusieurs expériences différentes ? ou bien t’installer pour de bon dans une nouvelle ville et y développer ton réseau, ton nouveau quotidien ? L’avantage, c’est que même si tu choisis l’une ou l’autre de ces options, rien ne t’empêcheras de changer d’avis en cours de route. C’est confortable en fait, la flexibilité 🙂

      Et pour ce qui est du boulot, OUI c’est certain que tu trouveras forcément quelque chose. Des jobs alimentaires il y en a à la pelle (la plupart des commerces et restaurants ont des affiches « aide recherchée »), néanmoins il faut toujours garder en tête qu’on est pas attendus comme le Messie, donc il faut être prêt à commencer en bas de l’échelle et faire ses preuves. Rien d’insurmontable si on s’accroche un peu, qu’on prend son mal en patience et qu’on tire le positif de chaque petite expérience. 🙂

      Bon courage pour le grand départ !!!
      Claire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *